A la découverte de la base

L’histoire de la station Samoylov débute en 1998, lorsque des scientifiques russes et allemands ont l’idée saugrenue d’étudier ensemble la région Arctique et son permafrost. A ce moment-là, la station est en bois et ne permet pas d’y vivre tout au long de l’année, l’hiver étant trop rude pour y séjourner. Il n’est pas question non plus de quelconque contact avec l’extérieur et encore moins de WiFi. Suite à une fameuse visite de Poutine, alors premier ministre de la Russie, le 23 août 2010, celui-ci décide de promouvoir la recherche et la construction d’une nouvelle station flambant neuve est démarrée. Inaugurée en 2013, elle permet d’accueillir jusqu’à une trentaine de personnes. Ce sera à la fois notre lieu de travail et de vie pour le mois à venir. Constituée de trois branches, elle contient non seulement des chambres, des laboratoires, d’énormes congélateurs, un atelier et une salle de travail, mais aussi une salle de sport, de billard et un sauna moderne. De quoi s’occuper lorsque la météo n’est pas très propice à la balade.

 

La vieille station

Entrée de la vieille station

La station Samoylov

Ksiucha devant la station

Il y a aussi Cевер, se prononçant « Siévièr » signifiant le « Nord » en Russe, le chien de la station. Ce husky en pleine forme se fondrait presque dans le paysage. Quémandeur de câlins, il reste cependant fidèle à l’ancienne station. Les parties de cache-cache et la quête de lemmings sont ses activités préférées.

Le chien Cевер

La vie est pour le moins rythmée à Samoylov. En effet, les repas se déroulent en une demi-heure montre en main afin de laisser place au deuxième service. Au menu, beaucoup de soupes, de poisson, de viande de renne et de patates, toujours très bien apprêtés. Les fruits se font rares et sont presque devenus un lointain souvenir. De temps à autres, la cuisinière Regina, nous cuisine des desserts qui nous font oublier tout espoir pour le « Summer Body ». Le dimanche c’est repos, y compris pour la cuisinière, qui se fait alors remplacer par Molo. Sa fameuse omelette aux oignons nous attend pour le brunch à 10h. Ses talents de cordon bleu sont la légende de la région et ravissent nos papilles le soir venu.

Heureusement que la vie est bien rythmée d’ailleurs, car notre notion du temps disparaît rapidement avec le soleil qui préfère nous tenir compagnie la nuit. Si bien que nous nous croirions presque dans un « Autre Monde », selon la fameuse expression de Maxime. Les fleurs, quant à elles, profitent d’autant de luminosité pour s’éparpiller dans la toundra tandis que les nuages s’étirent dans le ciel.

Fleurs de la toundra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *