Jour 8 : Première sortie en zodiac à Tikaya Bukhta.

C’était plus pour l’annonce des diverses espèces marines aperçues depuis le pont du navire que l’on avait pris l’habitude d’entendre cracher la petite radio disposée dans chacune de nos cabines. Aujourd’hui, ni narval ni béluga ; c ’est bien mon nom ainsi que celui d’une demi-douzaine de mes congénères qui est péniblement articulé par le chef d’expédition. Le rendez-vous est donné sur le pont inférieur.

Continuer la lecture de « Jour 8 : Première sortie en zodiac à Tikaya Bukhta. »

Jour 7: Menu du jour : Mur de glace sur son lit de brouillard

Proue bateau brouillard

RAS. À notre réveil, un brouillard épais entoure le bateau. Nous avons l’impression d’être à l’arrêt au centre d’une petite cuvette complètement circulaire. Sur le pont, l’air éthéré de la pleine mer traverse les gants et les bonnets, tandis que le vent nous cingle le visage. Ce n’est pas une journée à trainasser dehors et nous rentrons rapidement.

Continuer la lecture de « Jour 7: Menu du jour : Mur de glace sur son lit de brouillard »

Jour 6 : Des petites différences qui font un grand fossé.

Baie Nouvelle-Zemble différences

C’est la première fois depuis le départ que les rythmes de chacun commencent à se décaler. Jusqu’à présent, les soirées étaient brèves et le réveil matinal. Les stations de nuit et les observations météorologiques à chaque heure font leurs premières victimes. Les soirées s’allongent inéluctablement, avec les liens qui se forment entre nous et l’absence de coucher de soleil rendant l’action d’aller se coucher de moins en moins attrayante. Les tables du petit-déjeuner sont plus clairsemées, la course pour les tartines et la charcuterie moins frénétique. Bref, on observe de vraie différences dans l’ambiance à bord.

Continuer la lecture de « Jour 6 : Des petites différences qui font un grand fossé. »

Jour 5 : Terre ! La Nouvelle-Zemble est en vue.

Terre Nouvelle Zemble

Le planning de la journée est assez léger aujourd’hui. Il n’y aura pas de stations hydrologiques et la plupart du travail se fera en laboratoire ou à l’intérieur. La matinée est consacrée à la préparation des premières présentations où nous expliquons les travaux menés à bord au reste de l’équipage. Aux alentours de 15h, nous débutons les présentations. Météorologues, biologistes, géologues se succèdent au micro et vulgarisent leurs objectifs de recherches. Ceux-ci expliquent également les résultats qu’ils visent d'ici la fin de l’expédition. Bien que très terre à terre, leurs présentations sont intéressante de par leurs diversités.

Lire plus

Jour 4 : La grande journée du sauvetage.

La journée du lundi aura été particulièrement longue. Nous commençons dès le petit déjeuner par une leçon sur l’histoire de l’exploration du passage du Nord-Ouest et du détroit de Béring aux XVIIIème et XIXème siècles. Nous espérons presque que l’exercice de sauvetage prévu pour cet après-midi sonnerait quelques heures plus tôt.
Le reste de la matinée est passée sur le pont arrière, à faire de nouveaux relevés lors de la deuxième station. Le filet et la rosette sont de nouveau plongés dans les eaux arctiques avant d’être remontés, vidés de leur contenu qui est étiqueté et rangé.

Continuer la lecture de « Jour 4 : La grande journée du sauvetage. »

Jour 3 : Premiers relevés scientifiques, en conditions réelles.

Premiers relevés

C’est le premier jour où nous prenons réellement le rythme du bateau. Le réveil est mis pour 7h45 puisque le petit déjeuner est servi de 7h30 à 8h30. Le bateau est rentré en mer Blanche et lorsque nous montons sur le pont, nous pouvons encore apercevoir la côte sur notre droite. La matinée est l’occasion de prendre ses marques et de s’adapter à la vie sur le bateau. Ce sera également la journée des premiers relevés scientifiques en pleine mer.

Continuer la lecture de « Jour 3 : Premiers relevés scientifiques, en conditions réelles. »

Jour 2 : Larguez les amarres, direction le grand large.

Garance bouée Molchanov Garance bouée Molchanov amarres

Les amarres seront larguées aux alentours de 14h. Le réveil est donc fixé à 9h. Après nous être couchés à 4h du matin, la plupart des visages sont un peu défaits dans la lumière de l’aube. Nous avons juste le temps de petit-déjeuner et de faire quelques ultimes emplettes avant de nous rendre à la cérémonie officielle qui saluera notre départ.
Continuer la lecture de « Jour 2 : Larguez les amarres, direction le grand large. »

Jour 1 : Départ de l’expédition

Départ expédition

Départ de l’aéroport de Genève à 12h30, destination Moscou à bord d’un avion aux couleurs d’Aeroflot. Lors de l’embarquement, nous réalisons que nous nous sommes engagés dans la file réservée aux passagers de la classe Business. Devant notre hésitation à changer de queue, notre chef d’expédition, Mr. H, nous glisse simplement : « pas grave, on la joue à la Russe ». Continuer la lecture de « Jour 1 : Départ de l’expédition »

Bienvenu à bord du Professeur Molchanov !!

professor molchanov

Durant 3 semaines, le navire Professeur Molchanov sera la demeure des 17 étudiants suisses embarqués à son bord. Suivez-nous pour une visite guidée, de la cale au pont supérieur.

Le Molchanov, brise-glace ou pas ?

Une des premières questions qui revient lorsque nous présentons notre voyage, c’est « vous partez sur un brise-glace ? » La capacité du navire à fendre des mètres d’eau solidifiée semble être l’une des préoccupations majeures, et récurrentes,  de notre auditoire. Navré de vous décevoir mais  le Professeur Molchanov  n’est pas un brise-glace.  Cependant, il revendique tout de même une « certification glace UL 1 », autrement dit, il possède la capacité de briser de la glace épaisse de 0,8 m à 1 m. Rien que ça! Construit en Finlande en 1983 pour l’URSS, il fait partie de la classe des Akademik-Shuleykin. Les plus férus de navigation sauront peut-être de quoi il retourne. Pour les autres, le Professeur Molchanov fait simplement partie de la grande famille des navires océanographiques des années 1980.

Et sinon, ça ressemble à quoi le Professeur Molchanov?

Le navire mesure 71m de la proue à la poupe et 12m de bâbord à tribord. Revendiquant modestement 1753 tonnes de jauge brute (sa capacité de transport), il est opéré par un équipage d’une vingtaine de marins russes. Durant notre expédition, nous cohabitons avec 39  étudiants russes, pour un total de 80 passagers. Autant dire que pendant les 3 semaines qui viennent, nous allons apprendre à nous supporter.

Professeur Molchanov Deckplan
Plan du « Professeur Molchanov »

Réparties sur 3 étages, les cabines se partagent à deux ou à trois. Pour les plus chanceux, les toilettes et les douches sont privés. Pour les autres, il faudra se rendre dans le couloir pour accéder aux cabinets.

Est-ce qu’on s’ennuierait pas 3 semaines sur le Professeur Molchanov?

La vie à bord sera principalement rythmée par les cours dispensés dans la journée, les expériences scientifiques et les repas. Durant les temps libres, une salle de sport, une bibliothèque et un sauna sont à disposition des occupants.

Si la majorité du temps se passera à bord, nous aurons la chance de mettre plusieurs fois le pied à terre, sur les différents archipels que nous aborderons. Pour ce faire, des Zodiacs sont prévus, afin de faire la navette du bateau à la terre ferme. Enfin, pour celui ou celle qui craint de s’ennuyer, il reste toujours la possibilité de s’installer sur le pont pour observer le paysage et en prendre plein la vue !