Jeudi 22 août

Par Estelle.
[English version below]

Aujourd’hui, une visite plus sérieuse nous attend au siège de l’un des empires économiques de la région, Gazprom. L’ex-ministère du Gaz, à l’époque soviétique, est devenu un géant de l’industrie mondiale, employant 10 000 personnes, sur une population totale de 45 000 habitants. Le Président de la société nous fait l’honneur de nous accueillir lui-même, dans la salle de réunion du complexe.

La démonstration est parfaite : les mots « laboratoire », « contrôle », « écologie » sont sur toutes les lèvres. On y découvre quelques-unes des innovations de l’entreprise pour mieux exploiter les gisements. Leur principale difficulté concerne le problème du pergélisol: cette épaisse couche de glace souterraine constitue un obstacle à une exploitation en profondeur. Lorsque cette couche de glace fond, elle entraîne d’importants dégâts matériels. L’une des solutions consiste à « congeler » les installations, afin d’éviter la fonte du pergélisol. « Une technique souvent utilisée en construction, par exemple pour le métro parisien », glisse Micaël Tille, en aparté.

L’après-midi, Dmitry, le jeune ingénieur en chef de Gazprom, nous donne à nouveau rendez-vous, pour une démonstration technique de mesure de la température en profondeur. Si le procédé n’est pas nouveau, c’est la quantité des moyens mis en œuvre qui impressionne : près de 500 poteaux de mesure, rien que sur la péninsule du Yamal.
« Si seulement les scientifiques pouvaient accéder à ces données confidentielles », murmure Samuel.

Plus tard, au 8 étage du siège social de Gazprom, nous découvrons une carte animée de la région du Yamal. Entre les méandres des rivières, les installations industrielles ont envahi le paysage. Le contraste est saisissant entre les labyrinthes de tuyaux de fer, et les chemins de transhumance empruntés par les Nenets. Sur l’une des cartes en relief, de minuscules personnages représentent les Nenets, avec leurs tchoumes et leurs troupeaux de rennes. Autour d’eux, les pipelines et les usines prolifèrent, tandis que les campements sont peu à peu marginalisés…
« C’est incroyable comme tout s’est transformé, les tchoumes en tours d’extraction, et les rennes en trains de marchandises… », dit encore Samuel.

Today, a more serious visit awaits us at the head of one of the region’s economic empire, Gazprom. The previous ministry of Gas, from the soviet era, has become a worldwide industrial giant, with 10.000 employees for a population of 45.000 people in Nadym. The society’s President makes us the honour of welcoming us himself, in the building’s meeting room.
The demonstration unfolds smoothly: the words “laboratory”, “control”, and “ecology” are on everybody’s minds. We discover some of the company’s innovations to better exploit the fields. The main difficulty they encounter is the permafrost problem: this thick layer of underground ice is a barrier to deeper exploitations. As this ice layer melts, many material damages can be observed. One of the solutions consists in “freezing” the installations, in order to avoid that melting. “An often used technique in construction, for example in the parisian subway”, says Micaël Tille, aside.

In the afternoon, Dmitry, Gazprom’s young engineer in chief, meets us again for a technical demonstration. How do they measure the deeper soils temperature? Even if the process is not revolutionary, the amount of logistic put in place impresses us: around 500 measurement poles, only for Yamal’s peninsula.
“If only the scientists could gain access to this confidential data”, tells Samuel in a whisper.
Later, on the 8th floor of Gazprom’s head office, we discover an animated map of Yamal’s region. In the midst of rivers’ meanders, the industrial installations have invaded the landscape. The contrast is striking, labyrinths of iron tubing across the Nenets’ transhumance paths. On one of the embossed maps, small figures represent Nenets people, with their tchoumes and herds of reindeers. Around them, pipelines and factories, never ending their development start to marginalise the campsites…
“It’s unbelievable, how everything has been transformed, the tchoumes into extraction towers, and the reindeers into merchandise trains…”, says Samuel once again.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.