Jour 15 : Plein Sud !

Par Anouk.

Le réveil d’aujourd’hui a la forme d’une Lucie surexcitée : « J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer ! » Nous changeons d’itinéraire. La carte des glaces ayant été mise à jour, le Capitaine a décidé de filer à toute vitesse vers le Sud. Auparavant, cela semblait impossible en raison d’un amas de glace bouchant le détroit au Sud de la Nouvelle-Zemble. Nous descendons donc finalement par la mer de Kara ! Outre le fait satisfaisant de ne pas revenir sur nos pas, ce nouvel itinéraire a l’avantage de prolonger la navigation sur une mer peu étudiée (pour les scientifiques) et moins agitée (pour les estomacs sensibles).

Nous profitons de l’euphorie et de la mer d’huile du moment pour donner un coup d’accélérateur à notre projet. Sur le pont, nous enchaînons quatre interviews des participant.e.s suisses. Nous découvrons la joie de filmer sur un bateau : le vent et le moteur en bruit de fond permanent, l’angle du soleil variant selon les changements de cap, et le froid rendant difficile la position statique de camerawoman. Mais les réponses parfaites de nos camarades et l’arrière-plan magique de l’Arctique nous font surmonter ces difficultés avec le sourire.
Alors que nous pensons tenir ce rythme de travail pour les prochains jours, un message aux haut-parleurs nous fait déchanter. La voix du coordinateur russe rappelle notre présence obligatoire aux cours de la journée. Nous sommes sur l’Université flottante de l’Arctique après tout. La menace n’est pas voilée : ceux dont le nom n’apparait pas sur la liste de présence ne participeront pas au prochain débarquement. De quoi mettre des bâtons dans les roues de nos cinq interviews prévues pour le lendemain.


Le soleil ayant décidé d’accompagner notre descente au Sud, nous improvisons une séance de sport sur le pont supérieur. Les sessions de yoga et de condition physique ont en effet été interrompues par le froid des derniers jours, la tempête et le manque de sommeil. Notre motivation sportive est vite freinée par l’arrivée du Capitaine, qui apprécie moyennement que nous fassions de la corde à sauter au-dessus de la cabine de pilotage.

Après le souper, un quiz rassemble Suisses et Russes dans des équipes plus ou moins dynamiques. En répondant à des questions sur l’année de construction du bateau, le nombre de personnes nommées Konstatin à bord ou encore la quantité de nourriture ingurgitée par participant.e, les meilleurs reçoivent deux précieuses plaques de chocolat suisse. Nous sommes arrivés à un stade de l’expédition où les gourmandises restant dans les tiroirs des plus épargnants deviennent un sujet de convoitise. Une fois les cerveaux entraînés par le test, c’est au corps de se déchaîner, grâce à une salsa night sur le pont. La musique latine résonne en plein cœur de la mer de Kara, pendant que le vent et les vagues viennent challenger nos pas de danse.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.