Jour 17 : La tête dans le brouillard

Au petit déjeuner de ce dimanche grisâtre, il semblerait qu’une horde de zombies ce soit emparée du bateau.  Pour cause, la mer s’est soudainement levée dans la nuit. En conséquence, une bonne partie d’entre nous n’a pas réussi à dormir plus de quelques heures. Le brouillard s’étant une nouvelle fois levé, le pont extérieur ne représente qu’une maigre consolation. C’est donc dans la charcuterie et les œufs durs que nous venons chercher un peu de réconfort. D’autres cependant arrivent tout sourire, annonçant à qui veut bien l’entendre que le roulis infernal qui nous a secoué dans nos couchettes les a, pour leur part, merveilleusement bercé.

J’hésite à leur lancer ma tasse de café à la figure mais le poids de mes paupières qui se referment déjà me fait changer d’avis. Je me contente d’une pointe d’envie et d’un regard mauvais avant de retourner à l’infâme breuvage soluble qui, je l’espère, doit me sauver la vie.

Une journée studieuse en perspective.

Le programme de la journée est chargé ! Nous aurons en tout 4 lectures, allant de l’exposé sur les espèces de cétacés à l’explication détaillée de la stratégie russe en terme de politique extérieure. Les heures passent et malheureusement se ressemblent. Les leçons en anglais sur des sujets pointus couplées au roulis incessant ne fait qu’accentuer notre mal de mer. Nous décidons donc de sortir sur le pont, prendre l’air et observer le ballet des mouettes autour du bateau. Nous ne sommes pas dehors depuis 5 minutes que nous sommes rappelés à l’ordre par le haut-parleur. Interdiction de sortir, les creux sont trop marqués et le risque de se faire mal ou peut-être même de tomber à la mer trop élevée.

Le reste de la journée se passe entre nos cabines et le bar. Ces lieux de vie semblent rapidement surchauffés et bien trop exiguës. L’interdiction de sortir sonne comme une vraie punition sur un bateau dans lequel nous sommes confinés depuis quinze jours.

Deux lectures nous attendent encore avant le repas, qui vient comme une délivrance.

Nous sommes au lit dès 21h30, espérant que la mer se calme. Si le brouillard se lève, nous pourront profiter des paysages polaires une dernière fois demain.

 

Fin de la quinzième journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *