Jour 19 : Poésie au son des moteurs / Poetry with the sound of motors

Par Arinze.

(original English version below)

Le Professeur Molchanov a oscillé dans toutes les directions durant la majeure partie de la nuit passée, laissant la plupart des participant.e.s de l’expédition dans un état fievreux. Les vagues autoritaires de l’océan Arctique grondent contre le vaisseau à mesure que nous naviguons plein Sud, à la vitesse ralentie de 6,8 noeuds. Nous entendons les grognements de quelques membres de l’équipe suisse subissant le mal de mer habituel, caractérisé par un sentiment de nausée et de fatigue. Apparemment, l’Université Flottante ne connait pas les week-ends. Nous sommes tout.e.s attendus au cours de 9h à 14h. Malgré les conditions difficiles, nombreux sont présents, usant du cafe pour rester éveillés.
Apres le repas du soir, nous nous rassemblons sur le pont supérieur pour une photo de groupe. Lucie installe le retardateur sur l’appareil. Ce n’est pas chose facile, l’appareil devant être suffisamment stable, le timer réglé correctement et chacun.e prêt a poser. Le vent ne se contente pas de nous décoiffer pendant la pose, mais donne également des ailes aux lunettes de Nicolas, qui s’envolent jusqu’au pont du dessous. Les mêmes lunettes avaient déjà développé des branchies lors de la cérémonie d’initiation, quand elles ont plongé dans le tonneau d’eau de mer. Heureusement pour Nico, elles sont toujours intactes à l’heure actuelle.

Le soir, c’est soirée poésie. Dimitry ouvre le bal avec un poème en russe de son cru, suivi par la récitation de Charmilie d’un célèbre poème québécois. Ivan, dans son style habituel, emmène le public à travers un long poème méditatif russe, qui plonge la plupart de l’équipe suisse dans la perplexité, dont Anouk et Elodie glissant dans un doux sommeil. Plus tard, le même Ivan nous surprendra avec un troisième poème, cette fois au sujet des mollusques. Qui compose des poèmes à propos de la phylogénie des mollusques ? Ivan, spécialiste des gastéropodes, le fait. Sa prestation est suivie par un poème d’amour d’Ira. Malgré notre manque de compréhension de la langue russe, sa déclamation courte mais passionnée suggère une sincère confession d’amour. Le poème italien de Marco est probablement uniquement compris par Francesco, mais sa douce sonorité, avec chaque mot terminant par une voyelle, le fait sonner comme une conversation romantique. Bien que sa traduction littérale se révèle être au sujet d’arbres et de pluie, il a sans aucun doute envouté le public. J’ai personnellement récité un poème d’Edgar Allan Poe intitulé  “A Dream Within a Dream”. La version adaptée que j’ai presentée était un reflet de la réalité de la vie et de l’amour, comme un rêve dans un rêve à bord du Molchanov. Le poème d’Eric Hoesli qui a suivi était écrit par une des plus célèbres poétesses russes du 20ème siecle. Après avoir perdu son mari, il ne lui restait que son fils, qui etait incarcéré à Leningrad durant la période soviétique. Année après année, elle essayait de lui transmettre des paquets et l’attendait à la sortie de la prison. Comme elle faisait partie de l’opposition, elle ne pouvait pas poser son poème par écrit, et le récitait donc uniquement oralement. Pour cette raison, Eric Hoesli a pensé qu’il était mieux de le réciter par coeur.

A 22h30, les plus courageux relèvent le défi de partir en excursion dans la salle des machines. Enchanté de voir le mécanisme incroyable poussant le Molchanov sur les flots, Cyriaque milite passionnément pour un cours dédié aux mécanismes et à la mécanique du Molchanov. Nous verrons si sa demande sera prise en compte.

 

 

By Arinze.

Professor Molchanov rocked in all directions for the most part of the night before yesterday, leaving most expedition participants in an adventurous, yet perturbed, state. The daring and commanding waves of the Arctic ocean roared at the vessel as we cruised at a rather retarded speed of 6.8 knots direction South. There were rumours of a few members of the swiss team getting the usual and often expected sea sickness, characterized by a feeling of nausea and restlessness. Apparently, the floating university doesn’t recognize weekends and as such, we were all expected to be present for lectures from 9am through 2pm. Despite the demanding conditions, several members of the team were actively present for lectures, albeit dependent on coffee to stay awake.
After dinner, it’s photo time and we were all gathered at the 7th deck, with Lucie so kind to set up the camera in time for our pose. This was no easy task as the camera had to be stable enough, timer correctly set and everyone well posed. The wind not only caressed us while we posed, but the reading glasses of Nicolas developed wings for a few seconds as it flew down to the 6th deck. Same glasses had earlier developed fins for split seconds during the initiation ceremony when it dove into the seawater-containing drum. Luckily for Nico, it’s however remained intact.

Poetry night and Dimitry opened the floor by rendering an original poem in the Russian language followed by Charmilie’s rendition of a famous Quebecan poem. Ivan in his usual style, took the entire audience through a long journey of meditative Russian poem that threw most of the swiss team into a frenzy of perplexity with Anouk and Elodie swept into a beauty sleep at some points. Later, the same Ivan would surprise us with a 3rd poem, and this time about Mollusca. Who does poems about phylogeny of Mollusca? Ivan does. This was followed by Ira’s love poem. Though the non-Russians lacked understanding of the meaning of the words, her short but passionate soft spoken delivery suggested a heart-felt confession of love. Marco’s Italian poem was probably only understood by Francesco being of Italian origin himself, but the sweet sonographic presentation of the poem, with every word ending with a vowel sound, appeared as though it was a romantic conversation. Although the literal translation turned out to be about trees and pines, there was no doubt it serenaded the audience. Yours truly delivered a poem written by Edgar Allan Poe titled A dream within a Dream. The tweaked version which I presented was a reflection of the reality of life and of love as a dream within a dream aboard Molchanov. Eric’s poem which followed after was written by one of the most famous Russian poetess of the 20th century. After losing her husband, she only had her son left who was incarcerated in Leningrad during the soviet period. Year after year, she tried to give gifts to his son and waited in front of the prison. As she was part of the opposition, she could not write her poem but recited it only by speaking, thus, Eric thought it was best to recite it by heart.

10.30pm and the brave ones took the challenge of going for an excursion at the Engine Room. Delighted to see the incredible machinery and setup that keeps Molchanov afloat, Cyriaque passionately advocated for a lecture to be dedicated to the mechanism and mechanics of Molchanov. We will see if his demand will be considered.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.