Jour 24 : до свидания

Par Anouk.

 

Il règne une ambiance étrange sur le Professeur Molchanov ce matin. Un calme agité, une torpeur active, un bruit qui sonne creux. Pour la première fois, aucun cours ni débarquement pour rythmer la vie à bord. Au réveil, on peut apercevoir de fortes émotions sur les visages fatigués par la fête de la veille. Alors que certains se réjouissent de revoir leur famille, d’autres semblent redouter l’arrivée à terre. Tout le monde s’active pour faire les bagages et ranger les labos. Les microscopes sont soigneusement emballés, les échantillons préparés pour le rapatriement en Suisse ou dans différents instituts russes, prêts à être analysés. Au milieu de cette agitation, je me sens désœuvrée, car pour la première fois depuis trois semaines, je n’ai rien à faire. Un changement de rythme qui me laisse tout le temps de voir venir la fin de l’expédition…

Peu avant l’arrivée à Arkhangelsk, un petit groupe se retrouve dans la salle commune pour un concours de photos. Celles-ci sont réparties dans plusieurs catégories : « faune et flore », « mystic arctic », « sea soul », « vie à bord » et « paysages ». En voyant défiler les photos des participant.e.s, nous nous remémorons des moments-clefs du voyage. Transportés par des photos d’ours blanc, d’icebergs et de jour polaire, nous sommes saisis par une douce nostalgie. Ce moment de calme ne dure pas. Par les hublots, nous voyons la côte, et sur celle-ci, les premières habitations. « La civilisation ! », s’écrie-t-on, amusés.

Arkhangelsk en vue ! L’équipe suisse se rue sur le pont supérieur afin d’observer les manœuvres du navire pour s’arrimer au port. Sur les quais, les sourires sont au rendez-vous. Des enfants, des maris, des amoureuses crient le nom des êtres chers qui leur ont tant manqués lors de cette expédition. La passerelle est déposée, et les membres de l’expédition se ruent dans les bras de leurs proches. Les éclats de rire et les embrassades montent jusqu’à nos oreilles, nous qui les observons depuis le septième deck. Nous ne pouvons nous empêcher de songer à notre famille et nos amis. Pour certain.e.s d’entre nous, les retrouvailles auront lieu le lendemain. Pour d’autres, un petit tour en Russie est prévu, repoussant à plus tard ce moment. A l’opposé de nos regards, au-delà du détroit, l’océan Arctique semble déjà bien loin. S’il reste indifférent à notre départ, la réciproque n’est de loin pas vrai.

Comment décrire les premiers pas en ville après des jours de navigation au milieu des mers ? Le bruit d’abord. Le trafic, les gens qui se bousculent dans les rues, les marchands qui crient pour appâter le chaland. Bien qu’Arkhangelsk ne soit pas une grande ville, elle résonne à nos oreilles comme une mégapole. L’odeur ensuite. « Comment pouvons-nous vivre dans ces gaz d’échappement permanents ? », s’étonne Charmilie. Nos sens sont assaillis par ce surplus d’information. Dans les rues, nous croisons des visages inconnus. Je me rends compte à quel point la vie en communauté à bord du bateau possédait son propre équilibre, microcosme où chaque élément était à sa place.

A peine le pied posé à terre que nous sommes emmenés pour une nouvelle cérémonie à l’Université d’Arkhangelsk (NARFU). Les mêmes officiels qu’à la cérémonie de départ sont là pour nous accueillir. Le discours de la rectrice souligne que l’expérience que nous avons vécue ensemble fait de nous une famille polaire. Ces mots font mouche, et nous nous regardons avec un sourire. Nous recevons un diplôme de poliarnikis, qui atteste que nous avons franchi le cercle polaire et atteint les 77 degrés Nord. Un certificat peu commun à ajouter sur le CV ? S’en suit une conférence de presse devant plusieurs médias locaux, audiovisuels et presse écrite. Il m’est difficile de vous en faire un résumé, la discussion ayant eu lieu en russe. Seule exception, le commentaire de Marc au sujet de leur recherche sur les microplastiques, dont les conclusions les amèneront, lui et Tara, à participer à un cycle de conférence sur la question à Tenerife, en automne 2018.

Afin de ne pas être trop vite dépaysés, nous prenons notre premier repas à terre dans un restaurant en forme de bateau. Premier repas à terre, mais aussi dernier repas ensemble, car nombreux sont ceux qui rentreront chez eux le lendemain. Avec enthousiasme, nous profitons du luxe de la vie moderne. Certaines se sont acheté une robe pour changer des habits de trek des dernières semaines, les autres ont sorti leur chemise du fond du sac. Certes, le tout avec des chaussures de marche au pied, mais qu’importe ! Passant le menu du restaurant en revue, nous délaissons la nourriture russe du bateau pour lui préférer sushis et pizzas. Le repas s’ouvre avec un toast d’Éric Hoesli. Lors de ses cours de civilisation russe, il nous avait expliqué la tradition des toasts russes : interdiction de boire son verre sans qu’un toast soit fait, ne dire que du positif, et surtout, de l’émotionnel ! Son discours ne fait pas exception. A travers ses yeux, nous réalisons combien cette expédition nous a apporté, tant du point de vue professionnel qu’humain.

 

Nous espérons que ce journal de bord vous a permis de partager notre ressenti tout au long de ce voyage. Que vous avez ri en nous imaginant terrassés par le mal de mer, que vous avez compati avec ceux qui sont restes éveillés des nuits entières pour prendre des mesures, et que vous en savez davantage sur l’Arctique et la vie à bord d’une expédition polaire. Quant aux discussions que nous aurons à notre retour, soyez patients : cette expérience nous a profondément impactés, et il ne sera pas facile d’exprimer tout cela avec des mots. до свидания* !

 

 

*do svidaniya, « au revoir ».

4 commentaires pour “Jour 24 : до свидания

  1. Evidemnent les fautes de frappe ne se corrigent pas toutes seules… lisez donc : votre plume a bien demontre votre vie…

    1. Merci pour votre lecture attentive! Les textes ont été écrit sur un clavier russe, démuni d’accents. Par chance, nous avions une relectrice formidable à Genève, mais quelques accents ont échappé à sa vigilance 😉

  2. Magnifique recit de ce dernier jour! J’ai eu enormement de plaisir a vous lire tous. vitre plume a bien demontre votre vue durant cette aventure. Merci pour tous ces partages et bon vent a tous pour la suite

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.