Jour 3: On est arrivés!

Après 3h30 de vol, 4h d’attente, 6h30 de vol, une nuit sans eau chaude, 3h de vol, 2h d’attente et 4h de bateau à moteur dans le froid de la mer de Laptev, nous voilà enfin arrivés sur l’île de Samoylov. Les péripéties ont été nombreuses durant le voyage: des problèmes de visa d’Annelen aux 104 kg supplémentaires à payer pour les bagages en passant par une attaque éclair de moustiques sur Nicolas. 

Nous avons tout de même pu profiter de faire les touristes dans la ville de Yakutsk. La plus grande (et selon certaines définitions, la seule) ville de Sibérie est posée au bord de la Lena comme un minuscule oasis industrialisé au milieu d’un immense désert verdoyant. Sa principale activité économique tournant autour des mines d’or et de diamant situées plus au sud, la richesse ne ruisselle que peu sur les habitants. Cet état de fait ajouté à l’effondrement constant des bâtiments et routes, construits sur un sol qui gèle et dégèle tous les ans, donne l’image d’une ville tombant légèrement en ruine à beaucoup d’endroits différents. Après avoir fait nos derniers achats et profité des premières heures de sommeil depuis le départ de Genève, nous sommes montés dans un avion qui, malgré le surprenant confort, défiait sans doute beaucoup des règles de sécurité européennes en matière d’aviation.

Après quelques heures passées a Tiksi, ancien port soviétique qui a aujourd’hui perdu presque 70% de ses habitants (voir première photo), nous avons sauté dans un petit bateau à moteur afin de remonter le delta de la Lena jusqu’à notre quartier général pour 3 semaines, la base scientifique de Samoylov. Notre mission est maintenant d’installer la plus grande quantité d’instruments possible avant de partir pour une excursion sous tente de 4 jours sur une île voisine. Nous y serons accompagnés par Andrei, un géologue qui nous présentera la région et les dangers qui la guettent liés au réchauffement climatique.

Nous nous habituons donc gentiment à la vie sur la station de recherche et tentons d’apprendre les us et coutumes des scientifiques habitués du lieu. Le temps est heureusement avec nous pour l’instant avec un confortable 12°C, mais comme tout le moonde nous le répète à longueur de journée, il est impossible de prévoir le temps avec certitude plus d’une heure à l’avance. L’expédition est sur de bons rails, mais nous espérons secrètement que les réserves de chocolat suisse ne s’envoleront pas pendant notre absence de la station.

Ал сколько

Un commentaire pour “Jour 3: On est arrivés!

  1. On est content de savoir que vous êtes bien arrivés malgré quelques difficultés . Maintenant on compte sur vous pour prouver à ceux qui en douteraient encore qu’il faut prendre soin de notre planète .
    Bonne continuation dans cette grande aventure

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.